La Tunisie face à des défis pressants

fmi

Le Fonds monétaire international (Fmi) a estimé, vendredi 3 août 2012, que  « la Tunisie sera confrontée à des défis économiques et sociaux urgents  après la transition politique en cours dans le pays et devra transformer son économie ». Ces défis à relever sont principalement un taux de chômage élevé (18,1%) et des disparités régionales, a précisé le Fonds dans un communiqué.

La Tunisie s’est dotée, fin 2011, d’un Gouvernement démocratiquement élu, des mois  après la chute du régime de Ben Ali et dominé par les islamistes du parti Ennahda.

Toutefois le Fmi estime que la reprise de l’activité en Tunisie reste sous la menace de « l’instabilité de la situation économique et de la faiblesse de l’environnement mondial »,notamment suite à la démission du ministre des Finances, Houcine Dimassi, fin juillet, en raison de « désaccords grandissants » avec le Gouvernement, en matière de politiques économique, monétaire et sociale.

Le Fmi  a mis l’accent sur le fait que le pays, qui a déjà connu « une récession en 2011 avec un recul de 1,8% de son produit intérieur brut (Pib), connaît encore des difficultés notamment sur le front de l’emploi, qui était au cœur de la Révolution ayant conduit à la chute de Ben Ali ».

Le communiqué conclut que le Gouvernement mise sur un taux de croissance de 4,5% en 2013.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here