Cinquième lune autour de Pluton

Selon Mark Showalter, de l’Institut SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence) et responsable de l’équipe scientifique qui a fait cette découverte, cette lune est de forme irrégulière et mesure de 10 km sur 24 km de large. Cet astre tourne autour de Pluton en suivant une orbite circulaire de 93.000 km de diamètre. “Les lunes de Pluton sont sur des orbites de différentes tailles qui semblent parfaitement s’emboiter les unes dans les autres un peu comme des poupées russes”, souligne-t-il.

Jusqu’en 2006, Pluton était la 9ème planète du système solaire.  Mais, la découverte d’autres objets de taille comparable, dans cette région éloignée du système solaire, a amené l’Union astronomique internationale à reconsidérer son statut. Désormais, Pluton fait partie d’une nouvelle catégorie d’objets trans-neptuniens (au-delà de l’orbite de Neptune) dont elle est l’archétype: les planètes naines.

Pour ces astronomes américains, la découverte de cette nouvelle lune appelée P5 fournit des indices supplémentaires sur la formation et l’évolution de Pluton et de ses lunes, qui seraient le résultat d’une collision il y a des milliards d’années entre Pluton et un gros astéroïde de la ceinture dite de Kuiper, qui en contient un très grand nombre.

Charon, la plus grosse lune de Pluton, avait été découverte en 1978. En 2006, des observations du télescope spatial Hubble avaient débusqué deux autres lunes, Nix et Hydra. Enfin en 2011, les données recueillies par ce télescope avaient permis de mettre au jour par hasard une autre lune dite P4.

Les chercheurs américains ont mené ces recherches dans le cadre des travaux préparatoires au survol à grande vitesse du système plutonien en 2015 par la sonde New Horizons. Celle-ci est partie début 2006 à une vitesse de 75.000 km/h. et s’est approchée des 100.000 km/h depuis son passage près de Jupiter début 2007. Lorsque la sonde survolera Pluton, les communications mettront neuf heures à arriver en se déplaçant à la vitesse de la lumière. New Horizons devrait ainsi transmettre les premières images détaillées de la planète naine (Pluton) et de ses lunes. Cela donne une idée de la distance qui sépare la Terre de ces petits astres.

Les astrophysiciens espèrent que les analyses réalisées par New Horizons permettront de mieux comprendre comment le système planétaire plutonien s’est formé.

 Les chercheurs pensent même que c’est une collision avec une planète dans les premiers instants du système solaire qui en serait l’origine. De la même manière que notre Lune pourrait résulter d’un choc entre la Terre et Mars il y a 4,4 milliards d’années.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here