L’américain Kim entre en fonction à la présidence de la Banque Mondiale

Directeur de la Banque mondiale

L’Américain Jim Yong Kim a officiellement pris, le 02 juillet 2012, ses fonctions en tant que président de la Banque Mondiale, en remplacement de son compatriote Robert Zoellick.

Ce dernier a tenu à soutenir son successeur, tout en affirmant qu’il estimait beaucoup ses résultats de recherche en matière de santé publique ainsi que son talent d’organisateur. De sa part, Kim n’a pas exclu la nécessité de réformes au sein de la Banque.
Jim Yong Kim, a été préféré par les Etats membres à ses rivaux les ministres des Finances Ngozi Okonjo-Iweala (Nigéria) et José Antonio Ocampo (Colombie). Il a été  nommé, le 16 avril dernier, à la tête de l’institution pour un mandat de cinq ans; sachant que la candidature de Kim a été proposée le 23 mars dernier par le président américain Barack Obama et soutenue ensuite par la Russie.

Ainsi, Jim Yong Kim est le 12ème ressortissant américain à présider cette organisation multilatérale d’aide au développement. Cette nomination perpétue la tradition, depuis 1946, qui permet aux Etats-Unis et à l’Europe de se partager la présidence de la Banque mondiale et le poste de directeur général de l’institution sœur, le Fonds monétaire international, bien que l’intention de changer cette habitude ait été évoquée à plusieurs reprises.

Le nouveau  chef de la Banque mondiale, américain d’origine coréenne, âgé de 52 ans, est le premier président de cette institution à ne pas être économiste ou diplomate. Puisque, Kim est   docteur en médecine et en anthropologie, ayant obtenu son diplôme de la « Brown University » en 1982 et devenant  docteur en médecine à l’université Harvard en 1991, puis, président de l’université de Dartmouth,  jusqu’à sa nomination. Toutefois, Jim Yong Kim s’était impliqué dans plusieurs tâches humanitaires, dont la lutte contre la tuberculose ou encore le Sida.

Finalement, et selon Barack Obama, Kim apparaît « comme une main tendue des Etats-Unis vers les pays en développement qui a ses yeux bénéficient actuellement d’une aide publique insuffisante et mal répartie; soulignant qu’il était temps qu’un spécialiste du développement dirige la plus importante agence mondiale de développement ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here