Une décision unilatérale aux conséquences imprévisibles

La décision unilatérale de la Tunisie d’autoriser le libre accès du territoire aux Maghrébins, grâce juste à une pièce d’identité, outre la liberté de logement, de propriété, d’investissement et d’emploi sur notre le sol tunisien et le droit de vote, sans obligation d’octroi d’autorisations préalables auprès l’administration tunisienne, est officielle, selon la confirmation du secrétaire d’Etat auprès du ministère des Affaires Etrangères chargé des Affaires africaines et arabes, Abdallah Triki, mercredi 27 juin, sur les ondes de la  radio Shems Fm.

Cette décision n’est pas, à coup sûr, une bonne nouvelle pour nos compatriotes tunisiens. Puisque, bien que le secrétaire d’Etat chargé des Affaires africaines et arabes ait affirmé que la priorité de l’emploi dans le pays reste aux Tunisiens, près de 1000 emplois seront toutefois accordés  aux Maghrébins. Avec la crise actuelle de l’emploi, à laquelle fait face aujourd’hui le pays, cette décision unilatérale est-elle véritablement  judicieuse?

Et le Tunisien dans tout cela? En quoi cela lui profiterait-il, lui qui déjà est tourmenté par les problèmes du chômage, d’insécurité, de maîtrise des prix, de la vie chère et d’une économie en berne; et dire qu’il ne bénéficie pas de ces mêmes privilèges, en termes de réciprocité, ni au Maroc, ni en Algérie, pas même en Mauritanie?

Mieux ou pis… L’accès de nos voisins maghrébins à notre territoire, au moyen de la simple carte d’identité (sans passeport), est officiellement autorisé par la signature d’un accord avec le Maroc, l’Algérie et la Mauritanie. Ce qui n’est pas encore le cas pour la Libye.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here