Meublatex: de fortes tensions conduisent à la suspension d’activité

Meublatex: de fortes tensions conduisent à la suspension d’activité

Néji Mhiri, l’homme d’affaires et patron du groupe hôtelier Mouradi et de la société de meubles confirme, dans un communiqué adressé aux médias le mercredi 20 juin 2012, la fermeture de Meublatex, en s’engageant à accorder aux employés tous leurs droits et à rembourser toutes ses dettes auprès des banques.

La direction de Meublatex a indiqué que la suspension de ses activités dans l’ensemble de ses filiales à partir de jeudi 21 juin 2012 et jusqu’à une date indéterminée est due à des raisons “strictement sécuritaires”. Le groupe emploi près de 7000 salariés, un ensemble de 18 sociétés spécialisées dans la fabrication et la commercialisation des meubles et 167 points de vente dans toutes les régions du pays.

Le patron de la société de meubles accuse l’Ugtt de le pousser à prendre cette décision extrême. Tout en rappelant qu’il a rendu personnellement service à plusieurs de ses salariés en les recrutant, alors qu’ils n’avaient même pas le niveau secondaire. Selon ses propos, le rendement de ses salariés a baissé de 65%, puisqu’ils viennent dans les locaux pour marquer leur présence, obtenir leurs salaires, mais sans travailler.

« La suspension des usines de meubles et des points de vente, jusqu’à nouvel ordre, a été décidée suite au climat de tension, crée par les syndicats de base de l’Ugtt et à la grève observée ces trois derniers jours », a expliqué le directeur des ressources humaines du groupe, Khaled Bouguerra. Le responsable du groupe a accusé les syndicalistes d’avoir incité les employés à faire pression sur l’administration pour satisfaire leurs revendications.

Pour sa part, le représentant de la fédération générale des métiers et services relevant de l’Ugtt, Ahmed Groun, a expliqué que la grève des employés de Meublatex, entamée lundi 18 juin 2012, a été décidée en raison de l’échec des négociations entre la direction du groupe et le syndicat, concernant l’application de la convention sectorielle du bois et de l’ameublement à l’ensemble du personnel du groupe.

Cette décision de suspension, bien que provisoire, dans l’attente d’une amélioration du climat social, pourrait mettre en précarité le devenir de plus de 6000 employés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here