Les P/B des banques

Les P/B des banques

Les banques arabes (15 valeurs suivies par AlphaMena) se traitent à 184% de leurs fonds propres en valeur comptable à la date d’hier (168% au mois de février). Cela suggère une revalorisation de plus de 8,605 Mds€, en reprise de 1,136 Mds€ par rapport à 2011, mais en recul de 1,307 Mds€ par rapport à 2010.

Ce retour par rapport à 2011, suggère que les investisseurs ont en partie surmonté les craintes de 2011, sans toutefois atteindre les niveaux de 2010. Par ailleurs, les investisseurs sur les marchés arabes ont emboité le pas de leurs homologues européens, qui paient les banques du vieux continent à 57% de leur fonds propres en valeur comptable. Actuellement, les banques européennes et arabes pâtissent des mêmes problèmes: la forte dépréciation des actifs, mais qui se différencie par l’origine du risque.

Une autre caractéristique commune serait le durcissement du crédit et l’assèchement de la liquidité sur les marchés interbancaires. Quoique, le niveau de liquidité au sein des banques arabes commence à montrer les premiers signes de faiblesse (un thème que nous suivrons de près dans les prochaines semaines).

Rien d’alarmant pour le moment et la comparaison opérationnelle entre les banques arabes et européennes semble un peu abusive, au vu d’un modèle économique différent : plus de risque et un mode de fonctionnement plus complexe pour les acteurs européens. Les banques se traitaient en 2010 à environ 2,45x leurs fonds propres en valeur comptable: c’était incohérent en termes de soutenabilité des ROE (presque 17%) et de méconnaissance des risques pris.

A notre sens, un ROE à 12% serait un objectif raisonnable sur le long terme. La vraie question est la véritable taille des fonds propres. Actuellement c’est 10,243 Mds€. Ensuite, viennent les questions sur le provisionnement des prêts et les injections de capitaux nécessaires correspondantes et donc une forte dilution des bénéfices serait une menace de plus en plus concrète. Notre sentiment est que les 8,605 Mds€ de revalorisation seraient encore exagérés (xls sur demande).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here