Un point sur les valorisations (juin 2012)

Un point sur les valorisations (juin 2012)

La chute de 5,73% des valorisations arabes sur le dernier mois creuse le PE 2012 à 11,8x et le PE 2013 à 10,6x. Comparées aux chiffres du mois dernier, les valorisations 2012 sont plus faibles suite à la baisse des cours et la légère amélioration de la croissance des BPA. Au début du mois de mai, la croissance des BPA 2012 était alors anticipée à 21,6%, elle est désormais à +23,0%. A noter que pour le moment, il y a des valeurs qui n’ont pas encore été actualisées, en particulier les modèles relatifs aux sociétés tunisiennes puisqu’elles n’ont pas encore publiées leurs comptes annuels 2011. Pour 2011, la croissance des BPA reste négative, et elle s’est rétractée à 5,16% vs -3,03% au début du mois de mai 2012. Le taux de croissance des BPA 2013 reste à deux chiffres, légèrement supérieur à 11%.

Comme nous l’avions déjà indiqué, la croissance des BPA 2012 tire profit d’un effet de base favorable et repose essentiellement sur la reprise du secteur bancaire (15 banques arabes). Cette reprise dépend d’une baisse des provisions pour pertes sur prêts en 2012. Si cela devait se concrétiser, la perspective de croissance des BPA 2012 devrait être, ainsi, de l’ordre de 21,6%, dont 38% proviennent des banques.

Le rendement moyen à 4,78% pour 2012 (principalement distribué en 2013) représente une distribution de 3,063 Mds€. Les banques devraient contribuer pour environ 0,612 Mds€ (19,9%). Ce chiffre est susceptible d’être ajusté à la baisse dans les semaines qui viennent, puisque l’ampleur de l’impact de la crise de 2011 sur les comptes des banques est encore une variable fortement aléatoire, notamment pour les établissements tunisiens. D’ailleurs, NSGB (Achat, Egypte) avait annoncé qu’elle ne devrait pas distribuer un dividende au titre de 2011. En contrepartie, la filiale égyptienne de la Société Générale devrait distribuer des actions gratuites. Nous verrons également avec un intérêt particulier les instructions des régulateurs locaux en matière de distribution des bénéfices. Un durcissement du ratio de solvabilité (Tier 1 dans le cas des pays qui tentent de s’aligner avec Bâle III) et, donc, une augmentation du taux de rétention des bénéfices est une hypothèse plus que plausible. (xls sur demande)



 SECTOR

 UPSIDE

 P/E 2012

 YIELD 2012

 Earn Grw 2012

 Financières

6,45%

 12.3x

2,65%

26.60%

 Cycliques

53.70%

 6.7x

10,50%

25.10%

 Semi Cycliques

17.70%

11.3x

5,66%

26.00%

 Conso. cyclique

15.70%

12.8x

4.70%

23.70%

 Défensives

36.00%

11.8x

6,19%

16.00%

 Croissance

-13,90%

20.5x

2,68%

41.00%

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here