Un nouveau projet de jumelage entre la Tunisie et l’UE

Un nouveau projet de jumelage entre la Tunisie et l'UE

Le 21 mai, par Mohsen Tiss

La polémique sur l’importance de l’éco-construction continue et tient au poids de la construction et de l’exploitation des bâtiments dans les consommations d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre, tant en Europe qu’en Tunisie.

En Tunisie, le secteur de la construction est classé en troisième position comme plus grand consommateur d’énergie. Il consomme plus de 30% des ressources naturelles du pays. Si rien n’est fait, il est attendu qu’il soit deuxième avant 2020, puis premier en 2030.

Parce que ce sujet est central et prioritaire pour la Tunisie, Tunis accueillera le 24 mai prochain, dans le cadre de l’appui à l’administration tunisienne pour le développement de l’éco-construction, un séminaire sur le lancement du jumelage UE-Tunisie relatif à l’éco-construction. Le projet s’inscrit dans le cadre du Programme d’appui à l’accord d’association et au plan d’action voisinage  » P3AII  » de l’Union Européenne (UE).

Le présent projet de jumelage constitue une réponse concrète à la promotion du développement durable, au renforcement de l’efficacité énergétique, de l’utilisation des sources d’énergies renouvelables et de la consolidation et la dynamisation de la coopération sur les questions environnementales.

L’équipe euro-tunisienne constituée aura pour tâche de mettre en œuvre ce jumelage financé par l’Union européenne, à hauteur de 1.200 millions d’euros, sur une période de deux ans (mars 2012- février 2014) et s’appuie sur plus de cinquante experts issus de la France, l’Allemagne et le Portugal.

Pourquoi la Tunisie ? Des enjeux environnementaux consistent à prendre conscience des défis des changements climatiques en général, et plus particulièrement de la nécessité d’agir, afin de maîtriser la consommation de l’énergie du secteur bâtiment, dans la construction comme dans l’exploitation.

La  Tunisie dispose, d’une part, de savoirs traditionnels et de méthodes constructives qu’il convient de sauvegarder et normaliser, et d’autre part, d’une volonté de promouvoir l’éco-construction dans toutes ses dimensions. Elle est même à l’avant-garde des pays sud méditerranéens, comme en témoigne certains travaux concrets déjà engagés (mise en œuvre du programme de règlementation thermique et énergétique des bâtiments neufs par l’ANME,etc.).

L’Union européenne de son coté, avec des pays comme la France, l’Allemagne et le Portugal dans le cas présent, a des acquis indéniables, tant sur le plan de la gouvernance que sur le  plan technique. C’est ainsi que la Tunisie a sollicité et obtenu la mise en place du projet de jumelage, en appui institutionnel à ses structures spécialisées, dont la Direction générale des bâtiments civils du ministère de l’Equipement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here