Devant le ministère de l’Environnement et du développement durable

Devant le ministère de l’Environnement et du développement durable
Tous droits réservés. © L'économiste

Le 16 mai, par Imen Gharb

Trois en un. C’était l’équation aujourd’hui devant le ministère de l’Environnement  et du développement durable où il y a eu trois sit-in qui regroupaient à la fois des employés  de l’Agence de la protection du littoral,  des entrepreneurs  ainsi que des chercheuses  de la Banque des gènes. Chacun de ces groupes de sit-inneurs avait ses revendications.

Ceux de l’Agence de la protection du littoral revendiquaient la nomination d’un directeur général après sept mois de vacance.  » Tout est bloqué à l’Agence faute de signature. On gère les affaires au jour le jour. Une situation qui ne peut durer « , explique l’un d’entre eux.  

Pour leur part, les chercheuses, contractuelles jusqu’à lors à la Banque des gènes exigeaient un recrutement.

Dans un autre registre, les entrepreneurs, présentaient des arriérés impayés par le Ministère..  » Nous avons des contrats avec le ministère. Nous les avons honorés, et pour certains d’entres-nous cela fait près de deux ans qu’ils attendent  d’être payés « .

C’est dire qu’il y a eu du bruit ce matin devant le ministère. Pourtant il ne semble pas qu’on ait écouté ces cris, du moins pas Mme la ministre, et les centaines qui faisaient le pied de grue dehors  n’ont réussi à avoir comme interlocuteur que M. Adel Megdich, le chef du cabinet.

Sa réponse était pour l’apaisement même s’il a trouvé à redire à propos de l’ensemble de ces revendications.  » Concernant l’Agence, nous avons nommé un DG par intérim. A ce que nous constatons à travers ses correspondances avec le ministre est qu’il assume bien sa tâche. Concernant les chercheuses, tout le monde sait que le recrutement dans l’administration répond à des critères bien définis et selon des concours. Enfin et pour les entrepreneurs, nous avons constaté qu’il y avait des dossiers douteux et c’est de notre droit de les vérifier. Une commission a été créée à cet effet et c’est elle qui va statuer « , répond-il.

Pas de quoi satisfaire les sit-inneurs qui ont manifesté leur volonté de maintenir la pression.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here