La région du nord-ouest connectée au réseau du gaz naturel entre 2013 et 2016

La région du nord-ouest connectée au réseau du gaz naturel entre 2013 et 2016

Avec agences de presse

« Les travaux de connexion des gouvernorats de Siliana, Béjà, Jendouba et le Kef, au réseau du gaz naturel, seront réalisés de 2013 à 2016, à partir de la région de Kasserine, par laquelle passe l’une des principales conduites du pays », a indiqué Mohamed Amine Chakhari, ministre de l’industrie.

Le ministre a précisé, le 10 mai, à l’occasion du cinquantenaire de la STEG (Société tunisienne d’électricité et de gaz), que ces projets allaient bénéficier aux régions du Nord-Ouest souffrant, à chaque hiver, d’un manque d’approvisionnement en produits pétroliers. Il a ajouté que l’actuel gouvernement entend renforcer le rôle de la STEG, à travers l’amélioration de sa capacité de production, en vue de satisfaire les besoins croissants en matière d’énergie et conforter l’investissement et l’emploi.

Le ministre a également affirmé que la STEG est prioritaire au niveau de la réalisation des projets à forte capacité de création d’emplois, spécifiquement dans les régions intérieures.

Le taux d’électrification atteint actuellement, 99,5% en milieu urbain en Tunisie, contre 21% en 1962, alors que la production d’électricité a progressé de 290 gigawatts/heure en 1962, à 11 902 GW/H en 2011.

Ahmed Ben Salah, ancien ministre de la planification, des finances et de l’économie, à l’époque de la nationalisation du secteur de l’électricité (Avril 1962) a estimé nécessaire « de préserver la STEG en tant qu’acquis national ne devant pas être cédé ». « Nous devons nous appuyer sur le secteur public et les compétences nationales pour exploiter les richesses du pays et notamment les énergies renouvelables, qui sont au centre de l’intérêt des pays non producteurs de pétrole « , a t-il avancé.

Ont participé à la cérémonie de célébration du cinquantenaire de la STEG, les anciens PDG de la société, le président de l’ordre des ingénieurs et les représentants de l’UGTT.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here