La BNA s’ouvre sur le grand large

La BNA s'ouvre sur le grand large

La Banque nationale agricole sonne la charge du renouveau du secteur bancaire; elle ouvre le bal du développement à l’international de nos banques, confinées jusque-là dans les limites étroites du marché national. La banque, qui a marqué de son empreinte, la naissance et l’évolution du tissu productif, va s’ouvrir sur le grand large, barrée qu’elle est par un skipper, rompu aux rênes profondes de la finance internationale.

La BNA franchira bientôt le pas pour aller chercher, hors de nos frontières, ses nouveaux relais de croissance externe. Il est vrai, l’exiguïté du marché intérieur offre peu de perspectives de développement.

Aux dernières nouvelles, la BNA, bien campée sur de solides fondamentaux, serait sur le point de mettre la main sur la  Tunisian Foreign Bank, ex-UTB, en rachetant la totalité des parts détenues par la STB, la BH et la BCT. Cette acquisition fera de la banque aux trois lettres vert et or la première banque de la place et la fera rentrer dans le club select des banques régionales. Mieux, l’offensive de la BNA ne se limite pas à la conquête du marché européen; elle entend prendre pied, et elle a reçu l’autorisation à cet effet, de s’implanter en Afrique, notamment en Libye, pour accompagner et servir de relais aux opérateurs tunisiens en quête d’implantation, dans ce qu’il est convenu d’appeler notre profondeur stratégique, économique et commerciale.

Les entreprises tunisiennes, livrées à la concurrence internationale, n’ont d’autre choix que de se positionner sur l’international, pour se donner la taille et les moyens d’une telle compétition. Décidément, la révolution a donné des ailes et a libéré les banques du carcan étroit qui les corsetait. Les banques ont désormais les moyens de leur expansion à l’international. La BNA en apporte la démonstration.

Verra-t-on bientôt d’autres mouvements de restructuration, de fusion-acquisition qui changeront la configuration de notre système bancaire, qui a atteint quasiment les limites de la croissance interne, en raison de l’étroitesse du marché. A l’avenir, il va devoir chercher, en dehors de nos frontières, ses relais de croissance. La BNA ouvre la course à la taille et aux économies d’échelle. Il y a fort à parier qu’elle sera suivie dans son élan de développement à l’international.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here