Une feuille de route pour relancer le tourisme

Une feuille de route pour relancer le tourisme

Avec agences de presse


Comment relancer le secteur du tourisme et surmonter la crise? Les spécialistes du secteur se sont penchés, les 29 et 30 mars, sur la question. Agents de voyages, restaurateurs, opérateurs de tourisme et guides touristiques ont participé aux débats. Ont également pris part à la réunion, Elyes Fakhfekh, le ministre du Tourisme, des dirigeants des compagnies aériennes et des représentants des institutions de financement. Tous ont essayé de dresser une feuille de route et de la mettre en œuvre dans les plus brefs délais, tout en créant une synergie entre toutes les parties prenantes du secteur.

Un cabinet international, le cabinet Roland Berger avait déjà en 2010, élaboré une étude stratégique détaillée du secteur. Il a été proposé de se baser sur les constats de cette étude lors des consultations futures. Il s’agit non seulement de mettre au point des actions ciblées, telles que les campagnes de communication, le renforcement des réseaux de commercialisation et l’amélioration des services; mais aussi d’enclencher des réformes structurelles, afin de garantir la pérennité et la durabilité de l’activité touristique.

Ces réformes structurelles passent par l’utilisation de l’outil internet,  la diversification de l’offre, l’amélioration de l’accessibilité aérienne de la Tunisie grâce à l’Open Sky et la restructuration financière du secteur. Pour amorcer ces réformes, les responsables présents ont annoncé la création d’une unité de gestion par objectifs, laquelle devrait synchroniser et organiser les actions des différents intervenants.

Par ailleurs, le tourisme intérieur s’est imposé comme l’une des issues à la crise. Le ministre du Tourisme, convaincu du potentiel de ce secteur, a annoncé le lancement, avant le démarrage de la saison estivale, d’une campagne nationale d’information et de sensibilisation destinée aux Tunisiens. La feuille de route sera soumise, au cours des prochains jours, à l’examen et l’approbation d’un conseil ministériel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here