Vers une reprise en main des mosquées ?

Le 26 mars, avec agences de presse

Le ministre des Affaires religieuses, Nourredine Al-Khademi, a dénoncé samedi 24 mars, la dénaturation de la fonction principale des mosquées qui consiste à ” adorer le seigneur, à pratiquer le culte musulman et à diffuser et promouvoir les préceptes et valeurs islamiques, loin des surenchères, des agitations et des violences “.

 

Il a souligné, lors d’une conférence à la grande mosquée de Sfax, que les mosquées tunisiennes connaissent, depuis la révolution, un ” bouleversement total des valeurs et des concepts religieux et la recrudescence de phénomènes inquiétants, dont notamment l’échange d’accusations mutuelles de mécréances “.

 

Ces phénomènes, a-t-il regretté, ” s’opposent entièrement au rôle dévoulu par le Saint Coran aux lieux de culte, appelant à l’unité des musulmans et destinés à trouver la sérénité et la paix intérieure “.

 

Dimanche 25 mars, le ministre a rencontré des cadres religieux de Sfax. Il les a mis en garde contre ” les difficultés que connaît la vie religieuse en Tunisie depuis l’indépendance et jusqu’au déclenchement de la révolution “. Selon lui, ces difficultés sont dues ” à la marginalisation de l’institution de la Zitouna, à l’annulation de son rôle scientifique et à sa minimisation à un simple lieu de prière et de prêche “.

 

Ainsi, le ministère a entamé un processus de réforme profonde des questions religieuses, ” pour rompre définitivement avec les méthodes erronées et corrompues “, revaloriser les institutions et lieux de culte et promouvoir la fonction et la place des imams et des cadres religieux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here