La dynamique du marché actions tunisien se confirme

Le 26 mars, par CGF

A trois semaines de l’apparition des premiers chiffres de l’exercice 2012, la dynamique du marché actions tunisien se confirme. Nous pensons que les principaux acteurs du marché ont pris leurs décisions d’investissement, en prenant position sur les titres choisis. Inutile d’attendre le coup d’envoi des publications pour décider, mieux vaut anticiper.

Il faut avouer que pour cette année en particulier, la décision s’avère plus facile. Le principal compartiment de la Place, les banques, intéresse peu. Ce sont des valeurs pour des investisseurs qui ont une vision stratégique, chose qui ne peut être présente que chez les institutionnels. Les indicateurs d’activité du T1 12 n’apporteraient pas de grandes surprises par rapport à ce qui a été révélé par ceux du T4 11. Il suffit de lire le dernier communiqué de la Banque centrale de Tunisie pour conclure que les marges d’intérêt seraient, de nouveau, mises sous pression. A notre avis, il y a un vrai coup à jouer sur les banques, mais après publications des résultats consolidés 2011.

Le leasing n’est pas dans une situation meilleure, même s’il faut s’inquiéter pour 2012. Il y a toujours un décalage entre le ralentissement de l’activité et ses retombées. En fait, la forte baisse des commandes et de la production n’a pas impacté autant le PNL. L’avantage des loueurs par rapport aux banques demeure leur capacité à manipuler leurs marges. De plus, nous restons confiants quant au niveau de distribution de dividendes pour cette année.

En ce qui concerne les assurances, les compagnies devraient nettoyer leurs comptes. Le secteur a des perspectives de croissance importantes, qui pourraient être exploitées avec le redémarrage de l’activité économique. Ainsi, nous ne nous attendons pas à des changements majeurs dans les bénéfices de l’année, sauf pour Tunis Ré qui a passé un mauvais exercice 2011. Nous pensons que ces deux compartiments ne présentent pas actuellement de bonnes opportunités, en dépit de la solidité financière de certaines compagnies.

Pour les biens de consommation, le titre Sfbt est un candidat sérieux pour la meilleure performance de l’année en Bourse. D’ailleurs, ses actionnaires bénéficieraient d’une attribution d’actions gratuites, et d’un bon dividende en cash. Avec le lancement du viagra made in Tunisia, le Viatec, Adwya peut booster sensiblement son chiffre d’affaires 2012, après un exercice 2011 correct. Sopat, titre qui ne cesse de faire le yoyo sur la cote, pourrait être une bonne surprise, surtout que le titre demeure, à nos yeux, sous-valorisé. Pour les holdings, Pgh a payé le pot cassé de la crise en Libye et ses niveaux de marges ont sensiblement baissé en 2011. Le géant tunisien est présent sur tous les fronts, dans toute la région maghrébine, ce qui le laisse fortement exposé aux turbulences politiques. Les gestionnaires de portefeuilles, Spdit-SICAF et Placements de Tunisie-SICAF sont un gisement de plus-values.

Pour les équipementiers, Assad est la plus solide, avec une stratégie orientée vers l’export. Gif s’active, depuis deux années, pour chercher un partenaire lui permettant de se positionner sur la première monte, mais rien de concret pour le moment. Pour les concessionnaires automobiles, le plus dur semble désormais passé. Artes est actuellement appréciée pour son généreux dividende, alors qu’Ennakl tire profit de l’accélération de la procédure de vente des biens confisqués. Il s’agit de l’un des actifs les plus solides et les plus simples à vendre.

Au niveau des industries, les réalisations de 2011 et les perspectives de 2012 sont mitigées. Certaines sociétés sont en pleine phase d’investissement, comme Scb, Sotuver, les Icf ou encore Carthage Cement. La situation de cette dernière est assez compliquée, vu son besoin important de fonds propres et la complexité de son actionnariat. Les services aux consommateurs sont un terrain d’opportunités pour les investisseurs. Nous y trouvons Magasin Général et Monoprix qui restent, à nos yeux, excessivement chers. Néanmoins, leur caractère défensif reste un facteur d’attrait important.

Sotrapil, d’habitude oubliée, a signé une belle performance depuis le 1er janvier 2012, grâce à la confirmation du projet de la raffinerie de la Skhira. Dans ce compartiment, nous trouvons également Telnet qui a promis un super dividende au titre de l’exercice 2011 et Sotetel qui devrait annoncer son business plan pour les trois prochaines années, au cours d’une communication financière qui se tiendra le mercredi 28 mars 2012. Reste, enfin, l’immobilier. Ce secteur est le seul à avoir réalisé un très bon rendement en 2011 (+24,23%) et en 2012 (16,13%). L’immobilier de luxe, valeur refuge par excellence, a fait ses preuves avec des ventes record depuis la révolution. Le potentiel du secteur est encore important. Les investisseurs l’ont déjà noté et semblent se ruer sur le secteur.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here