Les Pme méditerranéennes à la conquête de nouveaux horizons

Le 8 mars, d’après communiqué

 

Les petites et moyennes entreprises (PME) forment l’essentiel du tissu économique des pays méditerranéens partenaires mais ont-elles les moyens de se développer, de conquérir de nouveaux horizons? La question est particulièrement cruciale au lendemain du Printemps arabe où les attentes économiques et sociales des populations, et plus particulièrement des jeunes en matière d’emploi, se font de plus en plus pressantes; et dans une région où, selon les experts, 20 millions d’emplois sont nécessaires d’ici 2020 pour stabiliser le taux de chômage. C’est pourquoi, l’avenir des Pme a été au cœur des discussions et débats de cette 10ème conférence FEMIP (Facilité euro-méditerranéenne d’investissement et de partenariat), organisée par la Banque européenne d’investissement (BEI), en association avec le ministère tunisien de l’Investissement et de la coopération internationale et Promos, qui s’est tenue ce 8 mars à Tunis.

 

Décideurs, experts et professionnels ont débattu tout au long de cette conférence sur les besoins spécifiques de financement, de formation et de compétitivité des entreprises méditerranéennes, l’objectif étant de les aider à soutenir l’emploi et une croissance mieux partagée, par des mesures concrètes et adaptées.

 

La conférence a été axée sur trois thèmes clefs de développement pour les Pme:

 

•    L’amélioration et la diversification nécessaires des services financiers destinés aux Pme et micro entreprises.  En d’autres termes, face à l’accès limité des Pme au crédit, comment innover et trouver des modes de financements alternatifs au secteur bancaire traditionnel? Les pistes à explorer sont nombreuses: développement des mécanismes de garanties et d’évaluation du risque de crédit au bénéfice des établissements bancaires, ouverture plus large des marchés de capitaux, élargissement des possibilités de financement par le soutien aux fonds de capital-investissement et à la micro-finance. Face à cette problématique, la BEI a fait le choix, en 2011, de moderniser ses lignes de crédit pour dynamiser les ressources disponibles à destination des Pme tunisiennes. D’autres mesures concrètes sont actuellement à l’étude au sein de la BEI, comme celle de mettre en place une facilité de garantie pour encourager les banques locales à financer les Pme méditerranéennes.

 

•    L’esprit d’entreprise et la formation managériale et technique des entrepreneurs, y compris des institutions financières locales. L’entrepreneuriat partagé et préparé est un gage indéniable d’innovation et de pérennité pour les entreprises, comme de rentabilité et d’attractivité pour les investisseurs et les financiers. C’est un domaine dans lequel la BEI est très active, via ses opérations d’assistance technique en Méditerranée et à travers elles, son offre d’accompagnement et d’expertise technique et financière, comme en témoigne sa coopération avec l’Association tunisienne des investisseurs en capital (ATIC). La BEI met également tout en œuvre pour concrétiser les principes de la Charte euro-méditerranéenne pour l’entreprise, dans sa dimension  » accès aux services financiers « .

 

•    Le renforcement de la compétitivité internationale des entreprises. Les Pme sont appelées à innover et à améliorer leurs stratégies et méthodes de production, de distribution et de marketing, afin de pouvoir accéder à de nouveaux marchés et accroître leur efficacité économique, en adoptant de nouvelles spécialisations.

 

Cette conférence s’inscrit dans la priorité d’action de la BEI en faveur du secteur privé, conformément à son mandat résolument axé sur le soutien de l’économie réelle. Il s’agit également de l’un des six axes prioritaires de l’Union pour la Méditerranée. C’est pourquoi, les ministres euro-méditerranéens des Finances, réunis en mai 2010 à Bruxelles, avaient demandé à la BEI de consacrer en 2012 une de ses conférences à un thème aussi crucial que celui des Pme. Parallèlement à l’octroi des prêts à long terme, la BEI facilite les investissements dans le secteur privé local, en apportant des fonds propres ou quasi-fonds propres à des entreprises privées.

Ce soutien aux Pme s’est confirmé en 2011, représentant 63 % du montant total des financements, contre 37 % pour le secteur public. Véritable levier de financement en faveur des Pme et des entrepreneurs innovants, il s’est concrétisé à titre d’exemple en 2011 au Liban, avec le projet Private Sector Facilities III: la Banque a accordé un prêt de 30 millions d’euros à Bank Audi pour lui permettre de fournir des financements à long terme pour des projets réalisés par des Pme au Liban. Toujours en 2011, la BEI a accordé un prêt de 10 millions d’euros à Capital Invest International (CII), une société à responsabilité limitée, pour appuyer les Pme situées en Afrique du Nord. Depuis 2002, 2300 Pme ont pu être financées par la BEI en Méditerranée, bénéficiant ainsi de l’expérience et de l’expertise acquises dans l’Union européenne.

 

Cette conférence revêt également une signification particulière pour la Tunisie: il s’agit du premier grand débat international organisé dans ce pays depuis qu’une nouvelle page historique s’est tournée. Au cours de cette conférence, sera lancée l’année commémorative des 10 ans d’action de la BEI en Méditerranée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here