« Je quitterai le sol tunisien avec une grande confiance en la capacité du peuple tunisien de relever le défi »

Le 24 février, par Imen Gharb

Au terme de sa mission, qu’il juge fructueuse, l’ambassadeur de Corée du Sud en Tunisie Song Bong-Heon, est venu nous rendre visite, dans les locaux de l’Economiste Maghrébin. Il quittera la Tunisie ce 24 février 2012.

Ce fut pour lui l’occasion d’exprimer son soutien à la révolution tunisienne et la solidarité de son pays avec notre peuple.  L’entrevue a porté également sur  les relations  tuniso-sud-coréennes, notamment dans le domaine économique et les moyens d’impulser la coopération bilatérale, conformément aux aspirations communes.

 » Mon passage en Tunisie, l’une des étapes des plus exaltantes de ma vie de diplomate. Je me souviendrai toujours que j’étais le témoin de la première révolution dans le monde arabe, la révolution du Jasmin.  Je quitterai le sol tunisien, non sans mélancolie et émotion, mais aussi avec un grand espoir et une grande confiance en la capacité du peuple tunisien de relever le défi et de réussir sa transition démocratique et économique « , souligne-t-il. Et d’ajouter:  » Je pars également confiant que les relations entre nos deux pays demeurent solides, étant fondées sur des valeurs et des objectifs communs « .

Promouvoir davantage la coopération entre les deux pays

M. Song Bong-Heon n’a pas manqué de former le vœu de voir repartir l’économie tunisienne et les flux des touristes et des IDE à destination de la Tunisie.  Peut-on s’attendre à un nombre plus conséquent de touristes et d’investisseurs coréens?  » Oui « , dit-il. Tunisiens et Coréens doivent, selon lui, travailler de concert pour promouvoir davantage la coopération entre les deux pays dans les divers domaines. Lui, il souhaiterait voir des agences de voyages tunisiennes cibler le marché coréen, en faisant des pas concrets vers ce marché, en parlant sa langue, en s’intéressant à sa culture. Des restaurants coréens en Tunisie?  » Ã‡a ne serait pas sans intérêt … « , lance-t-il.

Le diplomate coréen apprécie la tendance de la diplomatie tunisienne, jusque là axée sur la zone euro, à se redéployer sur le pacifique, le monde arabe, les Etats-Unis, l’Asie…  » Jusqu’à l’an dernier, la distance a toujours empêché qu’il y ait des relations étroites entre la Tunisie et les pays asiatiques, la Corée du Sud en particulier… Aujourd’hui, grâce à votre révolution et à votre volonté, la Tunisie jouit d’une image extraordinaire et d’une sympathie particulière partout dans le monde. Si, de plus, vous réussissez à mener à bien votre transition et votre démocratisation, si vous arrivez à rétablir l’ordre et la stabilité, si vous travaillez sur le renforcement de votre climat d’affaires et de votre système éducatif …, vous aurez toutes les chances d’attirer les regards des Asiatiques, aussi bien les investisseurs que les touristes », souligne-t-il.

Reproduire le miracle coréen

Selon lui, la démocratie et la prospérité, c’est un long parcours à entreprendre, mais qui en vaut la peine.  »  Il y a seulement 50 ans, la Corée était fragilisée par la guerre civile et classée parmi les pays les plus pauvres du monde. Le pays qui, tout comme la Tunisie, ne possédait pas de grandes ressources naturelles, a bâti  son essor économique sur une main-d’œuvre hautement qualifiée, productive et créative et sur des politiques publiques adaptées. De pays qui reçoit des dons, il est passé à un pays qui en octroie. Aujourd’hui, partout dans le monde, on parle du miracle coréen. Nos deux pays se ressemblent et vous pouvez faire votre propre miracle « , affirme-t-il.

L’ambassadeur coréen a réitéré l’engagement de son pays à soutenir la marche tunisienne vers un avenir meilleur, à travers un partage d’expériences, de compétences et d’expertises mais également à travers un transfert des technologies et des innovations.

Sur le terrain, M. Song Bong-Heon rappelle que depuis l’année dernière, deux conventions de coopération ont été signées entre les deux pays. La première concerne  le domaine du développement des marchés publics d’énergie et d’électricité. La deuxième consiste plutôt en une étude de faisabilité du technopole de Gafsa, confiée actuellement à une équipe d’experts coréens.

Il propose en outre d’intensifier les visites mutuelles des hommes d’affaires des deux pays pour mieux dénicher les opportunités de partenariat et de coopération. Promoteur d’une diplomatie ouverte, l’ambassadeur coréen souligne que son pays a fait le choix de l’ouverture et de l’intégration dans l’économie mondiale et que la Tunisie gagnerait à faire de même et à procéder à l’ouverture progressive de son marché sur les autres marchés du monde, tout en veillant au respect des règles de la transparence et de la prévisibilité.  » Une ouverture sur le marché coréen serait un bon pas « , dit-il.

Une association d’amitié tuniso-sud coréenne

M. Song Bong-Heon s’est également montré enthousiaste à l’idée de voir naitre une association d’amitié tuniso-sud coréenne pour développer et approfondir les échanges entre les deux pays…

 » L’une des premières idées qui m’étaient venues à l’esprit en arrivant, c’était de créer une association d’amitié tuniso-sud coréenne. On a porté à ma connaissance, à l’époque, que l’autorisation du Rcd était nécessaire pour concrétiser cette idée. Cela m’a paru inacceptable…mon successeur aura la chance de le faire, sans contrainte aucune…  « .

A la fin de cette rencontre, l’ambassadeur coréen a tenu à rappeler le soutien indéfectible que la Corée n’aura de cesse de manifester à l’égard de la Tunisie. Un soutien d’autant plus précieux que le pays traverse un tournant historique  de son existence.

>Cet article est disponible dans l’Economiste Maghrébin daté du 22 février

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here