Les agences de voyages tirent la sonnette d’alarme

Les agences de voyages tirent la sonnette d'alarme

Avec agences de presse

“Les agences de voyages en Tunisie, toutes catégories confondues et qu’elles que soient leurs spécialités, se trouvent actuellement, dans une situation de crise aiguë qui pourrait aboutir à la fermeture de plusieurs dizaines d’entre elles sur le très court terme et de plus en plus à moyen terme, si les difficultés qu’elles rencontrent ne trouvent pas de solutions fermes et radicales. La fermeture de chaque agence de voyages signifierait la mise au chômage forcé de ses salariés “, a avertit jeudi 26 janvier, la Fédération Tunisienne des Agences de Voyages (FTAV) dans un communiqué de presse.

“Au vu de la situation qui prévaut et face à l’imbroglio touristico-administratif qui caractérise actuellement le secteur”, la FTAV a décidé la convocation en urgence, samedi 28 janvier, de ses adhérents, à savoir plus de 600 agences, pour une réunion de crise. Après une année 2011, marquée par la chute très prononcée de l’activité touristique en Tunisie, ” les agences de voyages, maillon fondamental de la chaîne touristique, sont aujourd’hui confrontées à de nouvelles problématiques considérées comme très graves” a relevé la fédération.

Difficile de survivre

Le président de la fédération, Mohamed Ali Toumi, a estimé lors d’une récente réunion élargie du bureau directeur, que ” certaines agences de voyages, notamment dans la région du sud-ouest, ne disposaient pas des moyens vitaux pour assurer leur survie. Malgré les promesses faites par les gouvernements successifs de transition après la révolution, aucune mesure de soutien n’a été apportée par l’Etat à ce jour “.

” En conséquence, nombreuses sont les agences qui ne sont plus aujourd’hui en mesure d’honorer les échéances financières de la CNSS, des impôts ou encore des crédits en leasing (qui financent leur matériel roulant). Compte tenu de la situation, la FTAV va officiellement saisir le gouvernement pour demander – non pas des annulations – mais des reports de paiement de ces engagements afin que les agences puissent disposer de cash-flow (liquidités) pour s’acquitter en priorité des salaires de leurs collaborateurs dans le but de préserver avant tout les emplois “, poursuit la fédération qui a encore déploré que: ” la situation tendue caractérise ses relations avec l’administration de tutelle, notamment pour ce qui concerne la problématique de la caution ONTT (qui risque d’entrer en application le 1er février 2012) ainsi que celle en rapport avec la limitation du kilométrage autorisé pour les excursions touristiques qui touchent les agences spécialisées dans le transport terrestre “.

Conditions draconiennes

” Les agences spécialisées dans d’autres créneaux ne sont pas épargnées par les considérations administratives. Les agences qui organisent les voyages tunisiens depuis l’étranger (l’Out going) sont touchées de plein fouet par la décision de la Banque centrale de Tunisie de plafonner à 10 millions de dinars l’enveloppe destinée à l’Inclusive Tour “, souligne le communiqué de la FTAV qui met en garde contre le ” retour au marché noir et aux trafics de devises “.

Les billettistes font face aux nouvelles conditions draconiennes posées par l’IATA (l’Association internationale du transport aérien) qui a révisé à la hausse les cautions bancaires. Vu le climat d’instabilité qui prévaut dans le pays, l’IATA s’est montrée intransigeante, exigeant désormais des garanties de la part des voyagistes.

De même, les agences spécialisées dans le tourisme d’affaires et de congrès (MICE) sont confrontées à l’abandon par les entreprises étrangères de la destination Tunisie pour l’organisation de leurs événements professionnels.

Quant à l’activité des spécialistes des voyages aux Lieux Saints, celle-ci reste bridée par les restrictions imposées par la SNR (connue sous le nom de Montazah Gammarth) qui conserve la mainmise sur la Omra et le Haj.

La FTAV s’est déclarée ” déterminée à faire entendre la voix d’une profession qui constate avec amertume que la révolution ne s’est pas encore faite dans son rayon d’activité “.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here