Flambée des prix, soldes d’hiver et pouvoir d’achat

Flambée des prix, soldes d'hiver et pouvoir d'achat

Le ministère de l’Industrie et du Commerce a organisé un point presse portant sur la situation actuelle du secteur du commerce. La rencontre a été inaugurée par Béchir Zaâfouri, le ministre délégué chargé du Commerce et de l’Artisanat, qui s’est penché sur les problèmes du secteur. Il a estimé que la solution aux perturbations d’approvisionnement et à la flambée des prix, est tributaire de tout un processus de transparence qui demande la concordance des efforts de tous les intervenants au processus commercial. Il a assuré que son ministère s’engagera à fournir toutes les informations et a demandé aux médias de les diffuser avec “transparence et crédibilité”. Il a également insisté sur le rôle des organisations, à l’instar de l’Organisation de la défense du consommateur, pour structurer le secteur du commerce et sensibiliser les consommateurs.

L’importance des médias et de l’information a été reprise par Ridha Lahmer, de l’Institut national de la consommation. Le responsable de cet organisme public, dont la mission est de renforcer la protection du consommateur, a affirmé que dans une étude menée auprès de 1.500 familles tunisiennes, “55% ne savaient pas, par manque d’informations, les dates des soldes de l’hiver.” Cet évènement qui se tiendra du 1er février jusqu’au 15 mars a été au centre des débats entre responsables du ministère et journalistes. Alors que certains intervenants estimaient que les soldes ne sont pas une priorité et que le pouvoir d’achat en berne ne permet pas des achats autres que les produits alimentaires, les responsables du ministère, à l’instar de Fathi Fadhli, directeur général de la concurrence et des recherches économiques, ont insisté sur l’importance des soldes qui sont de plus en plus une habitude chez les ménages tunisiens.

Chiffres à l’appui, de l’année 2007 à l’année 2010, la moyenne de points de vente participants au soldes était 4.378 et bien que ce chiffre ait été divisé par deux l’année dernière, les perspectives de l’année 2012 semblent positives. Selon Ahmed Dimassi, le directeur général du commerce intérieur, les promotions et les soldes si elles sont bien menées et bien organisées (choix des dates, concertation avec les commerçants, médiatisation, sensibilisation des consommateurs, etc.) peuvent booster le pouvoir de l’achat du consommateur et redonner un nouveau souffle tant au commerce intérieur qu’au commerce extérieur.

 

Les indices du commerce extérieur pour l’année 2011 ont par ailleurs été présentés par Lotfi Khedhir. Le Directeur de l’Observatoire du Commerce Extérieur a exposé les chiffres des importations qui ont augmenté de 5,9% par rapport à 2010. Les exportations se sont accrues de 6,7% compensant ainsi 74,5% des imports, ce qui porte le déficit du commerce extérieur à 8.610 millions de dinars. Le déficit pourrait bien se combler si des secteurs primordiaux (le phosphate, les activités pétrochimiques) retrouvent leur bonne santé.

Hassouna Jamaoui, le directeur du contrôle économique est revenu sur les efforts consentis par ses équipes partout dans le pays. Malgré les 50.000 opérations de contrôle et les 6.000 infractions relevées en 2011, plusieurs secteurs sont encore difficiles à contrôler, comme les étals anarchiques et le commerce des viandes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here