Repli des résultats nets des banques tunisiennes en 2011 selon la BAT

La Banque d’affaires de Tunisie (BAT) a publié le 19 décembre, une étude sur les niveaux de valorisations et la création de valeurs dans les établissements financiers tunisiens.

A travers un modèle analytique développé chez la Banque d’affaires de Tunisie, les analystes ont étudié la création de valeurs sur un échantillon de neuf banques et de cinq compagnies de leasing tunisiennes, cotées sur la Bourse de valeurs mobilières de Tunis, sur les trois dernières années.

Confrontées à une conjoncture économique difficile, les banques tunisiennes termineront, selon l’étude de la BAT, l’année 2011 sur des prévisions financières en-dessous de celles des années précédentes. Les provisions constantes feront en sorte que les résultats nets des banques vont connaitre systématiquement un repli par rapport à l’année 2010.

Les résultats de l’étude montrent aussi que la principale source de création de valeurs dans les établissements financiers tunisiens est exogène: elle résulte essentiellement (à 61%) de simples opérations d’arbitrage financier (spéculation). Les facteurs liés aux fondamentaux des établissements financiers, à savoir la croissance et la profitabilité, ne contribuent, en revanche, que de 28% et 10% respectivement.

Selon la même étude, le secteur bancaire et du leasing ont su battre le marché et réaliser des performances remarquables ces dernières années. Les performances boursières du secteur bancaire, qui représente 57% du Tunindex, influe largement celle de cet indice de référence du marché.

Toutefois, les performances réalisées cachent également un risque plus élevé. La volatilité des indices bancaires et du leasing sont plus importantes.  Sur la période 2007 – 2011, leur volatilité par rapport à l’indice du marché est supérieure de 14,5% et de 8,5% respectivement à celle du Tunindex.

Pour l’ensemble du secteur des services financiers, la spéculation apparait comme la principale source de création de valeur dans 51% des cas, suivie par l’effet de la croissance des revenus dans 31%, alors que l’amélioration de la profitabilité ne représente la principale source de création de valeur que dans 17% des cas.

Cependant, la détérioration des marges de profitabilité impacte considérablement la création de valeur totale. D’ailleurs, elle représente un facteur destructeur de valeur dans 37% des cas.

L’étude conclut que la performance du secteur bancaire provient principalement d’opérations d’arbitrage et de spéculation suivie par la croissance des revenus. Cependant, l’existence de plusieurs banques dans un petit marché qualifié de « sur-bancarisé » fait en sorte que les banques ont du mal à garantir des marges nettes compétitives et proportionnelles à leurs revenus qui sont considérées comme relativement faibles comparés à celles observées dans le secteur du leasing.

La performance du secteur du leasing repose sur les fondamentaux des compagnies et conjugue croissance et profitabilité pour la plupart des compagnies du secteur. Selon l’étude de la BAT, les compagnies de leasing apparaissent comme un peu prisées par les spéculateurs vu que la spéculation ne constitue la principale source de création de valeur que dans 23% des cas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here