Pour le ministre des finances, le déficit va se creuser en 2012

Pour le ministre des finances, le déficit va se creuser en 2012
Tous droits réservés. © L'économiste

Le ministre des finances enfonce le clou sur la situation économique. Lors de son intervention le 8 décembre à la conférence MIGA Global Risk, qui se tenait à Londres, Jaloul Ayed a estimé que le déficit pour l’année 2011 serait de 4%, ” ce qui est bien “, selon ses termes. En revanche, ” pour l’année 2012, si tout va bien il devrait atteindre 6% du PIB “,  a-t-il prédit, ajoutant que le risque étant que le pays perde sa note d’investissement ce qui rendra plus coûteux d’emprunter à la fois pour le secteur public et le secteur privé.

Or la solution pour répondre aux attentes de la révolution est l’investissement. Jaloul Ayed a alors avoué que le gouvernement avait dépensé 62% de son budget dans le social (éducation, santé, programme jeunesse…), limitant ainsi les dépenses vers les autres secteurs. En effet, l’un des plus grands défis du gouvernement est de répondre aux attentes de la révolution que ce soit en terme d’emploi que d’égalité. Et à ses yeux, il est indispensable de créer un fonds public, qui aurait plusieurs niveaux, pour investir dans les infrastructures et soutenir les PME, à l’image de la ” Caisse de dépôts et de consignations ” en France. Jaloul Ayed a également constaté que de tels fonds existent au Maroc. A l’heure actuelle, près de 1,7 milliard de dinar auraient été placés dans ce fonds. Le ministre des finances espère atteindre 4 milliards grâce à son programme de privatisation.

Sur le plan politique, le ministre a estimé qu’un ” vrai processus démocratique était en train de se mettre en place “. Une importante société civile, des institutions publiques et une administration publique forte sont à ses yeux les garants du processus démocratique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here