Un accord de principe entre les partis vainqueurs de l’élection du 23 octobre

Les trois grands gagnants de la course vers la Constituante sont arrivés vendredi 17 novembre, à un accord de principe sur la répartition tâches de leadership : la présidence de la République devrait être accordée à Moncef Marzouki (CPR), Mustapha Ben Jaafar (Ettakatol) devrait obtenir le poste de président de l’Assemblée constituante et Hamadi Jebali (Ennahdha) celui de chef du gouvernement.

Moncef Marzouki, le « futur » président de la République est âgé de 66 ans. Médecin de formation et activiste des droits de l’Homme, il s’est opposé au régime de Ben Ali et a connu l’asile. La révolution lui a permis de mettre fin à ses 10 ans d’exil en France et de réintégrer la scène politique nationale à la tête de son parti le CPR, un parti à vocation gauche nationaliste et qui a remporté 29 sièges lors de l’élection du 23 octobre.

Mustapha Ben Jaafar, qui devrait présider la Constituante, est également un médecin et un ancien opposant du RCD dissous. A 71 ans, il est le chef du parti de gauche Ettakatol (Forum) qui a gagné 20 sièges à la Constituante.

Hamadi Jebali, qui devrait être Premier ministre, est un opposant de droite. Son appartenance au mouvement d’Ennahdha lui a couté 16 ans de prison dans les geôles de l’ancien régime. Après la victoire du 23 octobre avec 89 sièges à la Constituante, le mouvement islamique a annoncé la candidature de Hamadi Jebali pour prendre les rênes du prochain gouvernement.

Cet accord de principe a certes été confirmé par le CPR et Ettakatol, mais c’est la Constituante qui se tiendra le 22 novembre qui devra le valider. Rappelons également que les discussions sur les prérogatives des trois leaders sont encore en cours. Les discussions sur la composition du prochain gouvernement sont par ailleurs terminées et la liste des prochains ministres serait déjà déterminée.

1 COMMENTAIRE

  1. Je pense que c’est une erreur strategique que Mr MONCEF MARZOUK prend le poste de président de la republique et qu’il va se faire piége par ce choix et perdre l’estime même des adhérents de son parti politique. Les prochaines éléctions vont nous démontrer les consequences de son choix pour lui et pour son parti.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here