“Un nouveau contrat social pour une croissance juste et équitable”

“Un nouveau contrat social pour une croissance juste et équitable ”

Dans un rapport publié en septembre 2011, l’Organisation Internationale du Travail (OIT) a exprimé son insatisfaction concernant l’évolution du marché du travail tunisien.

Le document qui a été élaboré par l’Institut international d’études sociales relevant du Bureau international du travail (BIT), est axé sur quatre volets.

La première partie est une analyse détaillée de la situation économique durant les 20 dernières années. Les chiffres et les statistiques avancés montrent que la Tunisie n’a vraiment pas subi les répercussions de la crise financière mondiale, mais laissent entrevoir des “défaillances structurelles”. Bien qu’elle ait le classement le plus élevé en Afrique en termes de “compétitivité”, l’économie tunisienne souffre notamment d’un grand manque d’emplois de qualité. L’étroitesse du marché de travail a été aggravée par l’augmentation du taux de chômage chez les diplômés du supérieur. Ce taux est passé de 18,2% en 2007 à 21,9% en 2009, alors qu’il augmentait de 4,4 à 6,1% au cours de la même période chez les personnes n’ayant pas fait d’études. Cette crise d’emploi, empirée par une mauvaise répartition entre les régions, a créé un climat d’injustice sociale qui fut défavorable à la croissance et à l’établissement d’investissements de haute qualité.

La deuxième partie s’est attardée sur l’analyse des défaillances du secteur privé et a montré que les principaux handicaps sont ” la gouvernance opaque” et le manque d’esprit d’entreprise et de dynamisme.

La remise à niveau du marché de travail est ainsi tributaire d’une révision générale des politiques gouvernementales et de la mise en place d’un dialogue social. C’est ce qu’avance le troisième volet du rapport.

L’étude de l’OIT propose enfin des recommandations et des mesures concrètes pour remédier aux défaillances du système socio-économique tunisien. Encourager l’esprit de diligence et d’entrepreneuriat, garantir la transparence de la gouvernance, réviser le régime de la protection sociale, sont entre autres des impératifs pour instaurer une “vraie” croissance économique qui soit combinée à un développement social juste et équitable.

>Retrouvez le texte du rapport sur le site de l’Organisation Internationale du Travail.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here