11.11.11, le mouvement des indignés à Tunis

11.11.11, le mouvement des indignés à Tunis
Crédit photo Une: Aouinet Mongi.

L’appel a été lancé sur Facebook. Ce vendredi 11 novembre, des citoyens tunisiens ont décidé de se joindre au mouvement international nommé “Occupy the World” (occuper le monde, en français). Occupy Wall Street à New York, Occupy la Défense à Paris, mais aussi à Londres, Singapour, Mexico, etc. et maintenant Tunis. Dans la capitale, des milliers de personnes se sont retrouvées dès ce matin sur l’avenue Habib Bourguiba pour protester contre “le système monétaire international, le système bancaire et le capitalisme sauvage”. Près d’un millier de manifestants s’étaient regroupés devant la Banque centrale de Tunis.

“Nous sommes les victimes directes de spéculations, endettements, crises, dont nous ne sommes pas responsables, peut-on lire surla page Facebook de l’événement. Le 11/11/11 sera le symbole du jour où l’Humanité s’est dit qu’il en était assez de ces rouages esclavagistes qui détruisent et ruinent les peuples”.

“Nous ne représentons aucun parti politique, rappelle Firas Kefi, un des organisateurs. Nous sommes des personnes lambdas. Quand on voit ce qui se passe en Grèce, on pense qu’on peut être les prochains et nous avons voulu chercher des solutions”. Au début de la journée, les discussions allaient bon train entre la cinquantaine de manifestants présents. Mais vers midi, des partis politiques, comme le PCOT et le Mouvement des patriotes démocrates (Watad) ont rejoint le mouvement. Entre 2.000 et et 2.500 personnes, selon les organisateurs, étaient présentes Place des Droits de l’Homme.

Joint par téléphone, Chokri Belaïd, secrétaire général de Watad, explique que ce mouvement a notamment voulu “adresser un message aux partis gagnants de l’élection du 23 octobre qui présentent un programme libéral et anti-social. On a voulu leur dire que ce n’est pas ça le but de la révolution. Il ne faut pas oublier que les revendications étaient sociales”. Une récupération politique que regrette Firas Kefi ainsi qu’Amin M’Barki, un autre organisateur. Ce dernier insiste “sur le fait que le mouvement n’a rien de politique et que les partis d’extrême gauche qui étaient présents ont exploités la manifestation pour suggérer une alternative communiste au capitalisme… ce qui n’est pas le moteur de ce mouvement”.

Vers 15h30, la police a chargé les manifestants pour les disperser. “Nous avions demandé une autorisation pour manifester et il n’y avait pas de problème, raconte Firas Kefi. Mais les membres des partis politiques ont provoqué les policiers en leur jetant des objets. Nous nous n’étions qu’une dizaine d’organisateurs et on n’arrivait plus à contenir la foule. La police a dû intervenir. Mais, ils nous ont dit que ce n’était pas notre faute. Maintenant, la manifestation est finie”.

Regardez la vidéo de l’évènement:

http://www.youtube.com/watch?v=bv8mIMGzYK0

Et voici la vidéo de Aouinet Mongi sur la manifestation à Tunis:

Crédit photo Une: Aouinet Mongi.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here