IACE – L’entreprise et la décentralisation: dynamisme et opportunités

iace décentralisation

Ahmed Bouzguinda & Majdi Hassan

Quelques jours avant la tenue, au cœur de la ville de Sousse, de la 32e édition des Journées de l’entreprise qui se tiendra les 8 et 9 décembre, Ahmed Bouzguenda, président de l’IACE et Majdi Hassan, directeur exécutif de l’IACE ont donné aujourd’hui une conférence de presse pour présenter les raisons du choix du thème « L’entreprise et la décentralisation : dynamisme et opportunités », ainsi que les différents panels de ce grand rendez-vous économique. 1000 participants dont 700 hommes d’affaires représentants 14 pays sont attendus à cette 32e édition.

Pourquoi la décentralisation?

Le comité directeur de l’IACE a décidé, lors des réunions consacrées au choix du thème de la 32e édition des Journées de l’entreprise 2017, d’opter pour ce thème pour traiter de la problématique de la décentralisation dans son volet économique.

«Nous avons un rôle pédagogique vis-à-vis des hommes d’affaires. La décentralisation, un thème au cœur de l’actualité, présente une grande opportunité pour le développement régional», a précisé M. Bouzguenda.

Majdi Hassan a, pour sa part, souligné que le thème choisi tire son importance du fait que les débats sur la décentralisation ont été essentiellement concentrés sur le volet politique et sur la répartition des pouvoirs au détriment du coût et de l’impact économique de la décentralisation. «Quel serait l’impact économique de la décentralisation sur les chefs d’entreprise? Comment financer la décentralisation? Quelle fiscalité locale pour réussir la décentralisation?», s’est interrogé Majdi Hassan.

La 32e édition des Journées de l’entreprise sera aussi l’occasion de présenter les résultats de la deuxième édition de l’indice de l’attractivité régionale et l’indice de la digitalisation (en partenariat avec l’opérateur historique Tunisie Telecom).

Coût de la décentralisation

Pour examiner le coût, l’efficacité et la rentabilité de la décentralisation, une étude critique du Projet du Code des collectivités locales, des expériences internationales ainsi que des estimations seront présentées lors des journées de l’entreprise 2017 dans l’objectif d’identifier ce qu’il faut changer à moyen et à long termes.

Comment améliorer le dialogue public privé? Comment déléguer les pouvoirs locaux? Comment développer les chaînes de valeur globales et avec quels moyens? La réponse à ces problématique devra aller dans le sens de trouver une nouvelle approche et une autre manière pour gérer les choses dans les régions parce que l’objectif ultime de la décentralisation est l’instauration d’une économie participative.

La nouveauté cette année dans les débats de l’IACE sera le lancement d’un débat sur l’organisation des relations entre les députés et les hommes d’affaires. C’est la première fois que l’IACE traite du sujet de l’intégrité et les relations avec les politiques.

S’agissant du développement régional, les organisateurs de la 32e édition ont estimé nécessaire de débattre des métropoles et des régions frontalières parce qu’il faut des traitements spécifiques à ces régions, et ce, dans l’objectif de donner plus de liberté aux responsables locaux dans les relations internationales et étrangères.

Il ne s’agit pas seulement d’un cadre institutionnel

La décentralisation n’est pas seulement un cadre institutionnel. Elle modulera et révolutionnera la politique économique et financière. La décentralisation risque d’augmenter la pression fiscale et les demandes locales en ressources financières. Il est donc nécessaire de définir les clés de la répartition des fonds, des recettes fiscales et revenus.

En cas d’échec ou de réussite, la décentralisation impactera certes la nature du dialogue social. Quelle sera alors le sort des relations entre les organisations patronales et syndicales nationales et régionales? Faut-il décentraliser alors le dialogue social? Devrait-on aller vers un dialogue social au niveau régional?

Pour répondre à cette série de questions et débattre de ces enjeux, les organisateurs ont invité un représentant de la société civile, un représentant de l’UTICA et un autre de l’UGTT. Pour renforcer la représentativité syndicale et patronale et encourager le dialogue social en Tunisie, on aurait aimé aussi connaître l’avis d’autres syndicats et patronats, telles la Conect et la CGTT.

La reconstruction de la Libye dans le viseur de l’IACE

La 32e édition des Journées de l’entreprise 2017 sera également marquée par une forte participation libyenne. On compte parmi les invités Ahmed Maiteeg, le vice-Premier ministre libyen qui interviendra au premier panel sur les préalables et la vision de la décentralisation. La présence libyenne à cette édition est justifiée par les efforts de la Libye pour retrouver le chemin de la stabilité, ce pays voisin qui représente l’un des moteurs de la croissance pour la Tunisie, surtout au niveau du développement des exportations tunisiennes et la participation de la Tunisie dans la reconstruction de la Libye.

Programme détaillé de la 32ème édition des Journées de l’Entreprise.

Par

Publié le 29/11/2017 à 15:22

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin