La société tunisienne Cafés Bondin s’installe en Côte-d’Ivoire

cafés_bondin_cote_divoire_l_economiste_maghrebin.jpeg

Afin de promouvoir le café ivoirien et développer la transformation sur place, Cafés Bondin, filiale d’Amen Group de la famille Ben Yedder, s’installe en Côte-d’Ivoire à travers l’ouverture, hier, de son premier établissement.

Avec l’objectif d’implanter une chaîne de franchise et de construire une usine de torréfaction en Côte d’Ivoire, la société Cafés Bondin vise à «développer le goût du bon café chez les Ivoiriens, peu amateurs de cette boisson, et qui la consomment essentiellement sous forme lyophilisée», a précisé aux médias son directeur général Selim Lemkecher, et ce, lors de la cérémonie d’ouverture officielle présidée par le ministre ivoirien de l’Agriculture et du développement rural.

Le responsable a affirmé qu’à travers cette première implantation en dehors des frontières tunisiennes depuis la date de création des Cafés Bondin en 1910 à Tunis par Henri Bondin, la société mettra à la disposition des consommateurs ivoiriens plus de quatre générations d’expérience capitalisée dans le domaine du café torréfié. «Fort de notre expertise à tous les nouveaux, de la torréfaction, de la mouture, de la meilleure offre de service café, nous sommes sûrs que nous allons réconcilier ces consommateurs avec son café».

Il a ajouté que la société envisage d’ouvrir deux à trois cafés par an en Côte-d’Ivoire, sur le mode de la franchise, et une usine de torréfaction à Bonoua (sud-ouest) sur une superficie d’un hectare, dont les travaux débuteront au deuxième semestre de 2018 pour une ouverture en 2019 ou 2020.

Cette usine devrait, selon ses dires, torréfier jusqu’à 1 500 tonnes de café à terme pour le marché local et pour l’export. L’objectif est de créer de la valeur ajoutée, créer des emplois, vendre sur tout le pays, dans la sous–région et exporter depuis la Côte-d’Ivoire.

M. Lemkecher n’a pas manqué de mentionner tout le soutien du ministre ivoirien de l’Agriculture et du développement rural dans la mise en œuvre de ce projet qui s’inscrit dans la vision du président de la République de Côte-d’Ivoire pour créer de la valeur sur place et créer un label.

A noter que la société Cafés Bondin, spécialisée dans la torréfaction et la distribution du café (café moulu – café en grains, café soluble), représente 30% de parts de marché du café torréfié en Tunisie avec près de 8.000 tonnes par an.

Du côté de la Côte-d’Ivoire, elle a produit 120 000 tonnes de café, du Robusta, en 2016-2017. Seulement 6 500 tonnes sont torréfiées dans le pays par des petits torréfacteurs locaux, et 20 000 t lyophilisées par Nescafé – groupe Nestlé dans son usine d’Abidjan. La majorité du café récolé en Côte-d’Ivoire est exportée brut, notamment vers l’Algérie, l’Union Européenne, la Grèce et l’Espagne.

Par

Publié le 24/11/2017 à 09:53

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin