L’IACE se mobilise pour doper le marché de l’emploi

job

Organisée par Toumouh Job Centers qui relève de l’Institut Arabe des Chefs d’Entreprises (IACE), les Journées nationales de l’Emploi se tiennent les 19 et 20 septembre. Il s’agit d’une rencontre entre les responsables de recrutement et les demandeurs d’emploi, plus que 500 postes proposés pour 10000 candidats présélectionnés par 30 entreprises, membres de l’IACE.    

ministreLe siège de l’IACE était archicomble de jeunes diplômés munis de leurs CV afin de rencontrer les responsables de recrutement. Le besoin d’un emploi décent se lit sur les visages de ces jeunes diplômés. Nous sommes allés à la rencontre de deux diplômés en secrétariat, âgés de 25 ans, venus spécialement du gouvernorat de Kairouan. Ils nous ont confié qu’ils espèrent trouver un emploi qui correspond à leur profil.

Bien qu’ils soient fraîchement licenciés, ils s’inquiètent de la montée du chômage. «Je suis prêt à travailler dans n’importe quel gouvernorat peu importe. L’essentiel est de trouver un emploi décent», nous dit « S » avec enthousiasme. Son camarade regrette le manque d’opportunité de travail à Kairouan, ce qui l’a obligé à chercher ailleurs.

Un peu plus loin, une jeune âgée de 26 ans, titulaire d’un master professionnel en finances espère trouver un emploi dans une banque ou dans une institution financière de la place. «Mais ce n’est pas aussi facile que cela peut paraître. J’ai frappé à plusieurs portes mais en vain. Je considère que cet événement est une occasion à saisir», lance-t-elle avant de se diriger vers les stands de recruteurs pour déposer son CV.

emploiMais en quoi consiste la particularité de cet événement surtout que plusieurs événements similaires ont été organisés auparavant? A cette question, Ahmed Bouzguenda, Président de l’IACE a répondu lors d’un point de presse, en affirmant que la particularité de l’événement consiste au fait que les entreprises sont le point du départ pour le recrutement. Un comité d’expert de l’IACE a fixé le nombre de postes à pourvoir et a fait une présélection de CV.

Cette présélection a comme objectif de faire correspondre le profil du candidat au besoin de l’entreprise. «D’ailleurs, nous avons apporté une valeur ajoutée en leur donnant cette présélection, car la présélection et le tri des CV sont des tâches qui prennent du temps pour les entreprises», dit-il. A la fin, le centre a pu identifier 1000 candidats pour les entreprises à la recherche de ressources humaines et donc pendant les deux jours des entretiens se tiendront.

Présent au premier jour de l’événement, Faouzi Ben Abderrahman, ministre de la Formation professionnelle et de l’Emploi n’a pas manqué de saluer les efforts déployés par l’IACE et la société civile pour une meilleure employabilité des jeunes diplômés. A cet égard, il a déclaré que le gouvernement d’union nationale envisage de travailler sur trois axes, à savoir: la réhabilitation de la formation professionnelle, la réduction du chômage et de la précarité et la contribution à la croissance économique.

« Il y a une inadéquation entre le besoin des entreprises et les profils des demandeurs d’emploi « , indique-t-il. Le ministre a précisé que pour améliorer l’employabilité, le secteur public et le secteur privé doivent travailler ensemble pour résoudre cette défaillance.

Au sujet de la formation professionnelle, le nouveau ministre a fait savoir que la Tunisie compte 137 centres de formation professionnelle et 1000 centres privés de formation professionnelle d’une capacité totale de 25 mille apprenants.

Majdi Hassen, directeur exécutif de l’IACE a réaffirmé, lors de son intervention, le besoin des entreprises en personnes opérationnelles et qualifiées et a souligné le manque de compétences qui s’oppose à l’employabilité des jeunes, notamment en matière de la maîtrise des langues étrangères. M. Hassen a, à titre d’exemple, fait savoir qu’il n’est pas facile de trouver un diplômé de formation économique qui maîtrise l’arabe à l’oral comme à l’écrit!

Cette initiative semble correspondre aux attentes de plusieurs jeunes dont la priorité absolue est de trouver un emploi décent. Cependant, le suivi des résultats de l’événement permettra de mieux cerner l’efficacité de ce genre de rencontres entre les entreprises et les jeunes diplômés.

Par

Publié le 19/09/2017 à 15:10

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin