Ce qu’on sait de la guerre en Syrie

Alep Syrie

La guerre en Syrie se distingue par les atrocités commises  par des organisations terroristes, comme Daech et bien d’autres groupes extrémistes. Terrorisme, exécutions, la guerre semble s’enfoncer de plus en plus. Plus de six ans et 300.000 morts, tel est le bilan provisoire de la guerre en Syrie. C’est ce qu’a révélé l’ONU dans son rapport. Quelle est la face cachée de cette guerre?  C’est à travers le témoignage de Vanessa Belay, journaliste et reporter indépendante britannique,  qui nous en dit un peu plus sur la réalité de la guerre en Syrie, rencontrée lors d’un forum des journalistes venus des quatre coins du globe.

Tout juste rentrée d’Alep, Vanessa Beelay dénonce la propagande des médias “main stream” concernant le conflit en Syrie. Mme Beelay nous confie: « J’étais en Syrie récemment à trois reprises durant les mois de juillet, août et décembre accompagnée d’une délégation pour me renseigner sur la vraie situation en Syrie ». Elle poursuit: « Je suis restée quatre semaines en Syrie à Alep précisément, en suivant l’armée syrienne, qui avait libéré  les Syriens dans les zones de l’est d’Alep d’entre les mains du Front al Nosra  (Jabhet el Nosra) ainsi que Al Qaïda. Alors que le nord d’Alep est occupé par Daech ».

Elle ajoute: « Ces groupes extrémistes avaient le contrôle des zones  dans l’est de la Syrie.  Ce sont des groupes à la fois armés et bien équipés ».

Et de continuer:  » J’ai pu parler avec les Syriens libérés des prisons de Daech. Certains m’ont dit de voir  le ciel pour la première fois en l’espace de cinq ans. Ils m’ont raconté des histoires de viol, d’exécutions, de privation de nourriture ».

Et de poursuivre:  » A travers les récits des Syriens libérés, nous avons appris que les fameux casques blancs supposés faire partie d’une ONG neutre travaillaient  en fait pour Al Qaida ».

D’après elle, la propagande des médias étrangers  contre l’armée syrienne n’ a fait qu’empoisonner leur vie  pendant 5 ans.

La fin de Daech est-elle possible?

Elle conclut: « Je ne crois pas car Daech est protégé par les Etats-Unis. Pour moi, ce n’est pas encore fini. La Syrie est une bataille plus grande qu’un exercice de guerre contre la résistance ».

 

Par

Publié le 18/03/2017 à 19:13

Dans cet article

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin