L’opposition face au discours de Youssef Chahed

youssef_chahed-new

Le dernier discours du Chef du gouvernement, Youssef Chahed, ne fait pas l’unanimité entre l’opposition et la société civile. Jilani Hammami, député à l’Assemblée des représentants du peuple du Front populaire, Ghazi Chaouachi, député et secrétaire général  d’Attayar et Sami Khalifi, membre de la Coordination nationale  des mouvements sociaux, ont exprimé leur réprobation à propos du dernier discours. 

Prononcé, hier, devant l’Assemblée des représentants du peuple, à l’occasion du vote de confiance pour les nouvelles nominations au sein du gouvernement. Le discours a créé le buzz sur les réseaux sociaux et pour cause, le Chef du gouvernement a eu recours à une citation célèbre du philosophe Karl Marx. Sur les réseaux sociaux, les activistes et les partisans de gauche  se sont posé maintes questions à l’instar de «  Pourquoi un  chef de gouvernement connu pour son penchant libéral en politique économique a eu recours à un philosophe théoricien du socialisme ? », s’interrogent-ils. Ce n’est pas la première fois que Youssef Chahed recourt à une célèbre citation dans ses discours. Lors de son tout premier discours devant l’ARP, il avait cité Chokri Belaïd.

Jilani Hammami, dans une déclaration accordée à leconomistemaghrebin.com, a considéré que le discours en question ne comporte rien de nouveau que ce soit sur le fonds ou sur la forme : «  Il semble que l’équipe de coach du chef du gouvernement prend soin à chacun de ses discours de lui  choisir une citation connue pour faire le buzz. Ce genre de discours ne peut pas changer la réalité des choses », indique-t-il.  » Au contraire,   cet acharnement à défendre les même choix  sans engager les vraies réformes, n’augure rien de bon», regrette-t-il. Et de conclure : « Les seules réformes qui seront engagées sont celles dictées par le FMI ».

Pour Ghazi Chaouachi, cette fuite en avant du gouvernement pour faire croire qu’il réalise des exploits est corroborée par les chiffres officiels qui sont un cinglant démenti aux prétendues réussites de ce gouvernement. Pis encore le taux de croissance de 1% de 2016 est miné par les augmentations salariales imposées par la centrale ouvrière. Comme confirment certains experts, fait-il remarquer.

Sami Khlifi a, de son côté, exprimé son regret  que le programme de recrutement des diplômés du supérieur – le Contrat de la dignité-  ignore la réalité de » certaines régions qui sont dépourvues de tout et par conséquent ces recrutements ne pourront pas se faire », conclut-il.

Par

Publié le 17/03/2017 à 17:10

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin