Crise libyenne: la solution ne passe que par la Libye

jhinaoui

Dans une interview accordée à la chaîne Al-Hurra, le ministre des Affaires étrangères Khemaies Jhinaoui a donné son avis sur nos relations avec les Etats Unis, la crise libyenne et ainsi que sur la lutte contre le terrorisme.

Evoquant la question de la Libye, le ministre des Affaires étrangères a souligné que la Tunisie multiplie ses efforts en collaboration avec l’Algérie et l’Egypte pour trouver un consensus commun à une solution politique en Libye. Il déclare: « Toutes les parties engagées dans la résolution de la crise libyenne sont amenées à  progresser vers une solution politique ». Selon lui, la solution ne passe que par la Libye

Alors que le gouvernement d’Union nationale libyen est à l’agonie, le maréchal Haftar, gardant la haute main sur l’est de la Libye, gagne du terrain. Interrogé sur la position de la Tunisie à son égard, M Jhinaoui a souligné que la Tunisie n’appuie aucune partie au détriment de l’autre. « S’il n’y avait pas un conflit libyen, nous n’en serions pas là en train de discuter », a-t-il rétorqué. 

Il ajoute: « A propos du maréchal Haftar, il est le bienvenu ». Il a également indiqué  que Khalifa Haftar fait partie de l’équation libyenne, « et nous sommes en contact avec tout le monde », a-t-il poursuivi. 

Sur la question de la diplomatie parallèle en Tunisie : « Il n’y a  qu’une seule diplomatie, celle de notre ministère des Affaires étrangères », a-t-il répondu.

 A propos du volet des relations bilatérales Tunisie-USA dans la lutte contre le terrorisme, M Jhinaoui a précisé: « La guerre contre le terrorisme est une guerre commune aussi bien pour les Etats-Unis que pour la Tunisie. Il y a un renforcement de collaboration des deux parties ».

Sur la question du retour des terroristes, M Jhinaoui a déclaré qu’aucun pays au monde ne dispose de statistiques sur le nombre exact des terroristes. Il conclut: « Nous avons une idée quant au nombre, mais il n’est pas aussi important que certains le prétendent.  67 nationalités se trouvent en Irak et en Syrie. Notre politique à nous repose sur l’application ferme de la loi antiterroriste en vigueur ».

Par

Publié le 17/03/2017 à 14:22

Dans cet article

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin