Au Luxembourg, le salaire minimum est de 1999 euros

salaire minimum

Dans sept États membres situés à l’Ouest et au Nord de l’UE, le salaire minimum est nettement supérieur à 1 000 euros par mois: Royaume-Uni (1 397 euros), France (1 480 euros), Allemagne (1 498 euros), Belgique (1 532 euros), Pays-Bas (1 552 euros), Irlande (1 563 euros) ainsi que Luxembourg (1 999 euros).

Selon l’Eurostat, en janvier 2017, dix Etats membres, situés à l’Est de l’UE, appliquent un salaire minimum inférieur à 500 euros par mois: Bulgarie (235 euros), Roumanie (275 euros), Lettonie et Lituanie (380 euros chacune), République Tchèque (407 euros), Hongrie (412 euros), Croatie (433 euros), Slovaquie (435 euros), Pologne (453 euros) et Estonie (470 euros).

Dans cinq autres Etats membres, situés au sud, le salaire minimum est compris entre 500 et 1 000 euros par mois: Portugal (650 euros), Grèce (684 euros), Malte (736 euros), Slovénie (805 euros) et Espagne (826 euros).

Le salaire minimum, exprimé en euros, a augmenté en 2017 par rapport à 2008 dans tous les Etats membres appliquant un salaire minimum national, sauf en Grèce où il a baissé de 14%. Entre 2008 et 2017, le salaire minimum a doublé en Bulgarie (+109%) et en Roumanie (+99%). En outre, la Slovaquie (+80%) ainsi que les pays  baltes membres – Estonie (+69%), Lettonie (+65%) et Lituanie (+64%) – ont également enregistré des hausses significatives.

Les statistiques du salaire minimum, publiées par Eurostat tous les six mois, portent sur les salaires minimums nationaux par mois appliqués le 1er janvier et le 1er juillet de chaque année. Le salaire minimum national s’applique généralement à l’ensemble des salariés du pays ou, du moins, à une large majorité d’entre eux.

Il est défini d’après un taux horaire, hebdomadaire ou mensuel et est fixé par la loi, souvent après consultation des partenaires sociaux, ou directement par voie d’accord intersectoriel national.

Le montant du salaire minimum par mois est généralement indiqué en valeur brute, c’est‑à-dire avant déduction de l’impôt sur le revenu et des cotisations de sécurité sociale à la charge du salarié. Ces déductions varient d’un pays à l’autre.

Par

Publié le 10/02/2017 à 15:55

Dans cet article

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin