Lait et dérivés : en route vers une nouvelle crise

lait et dérivés

La Chambre syndicale nationale des industries du lait et dérivés a annoncé aujourd’hui qu’elle se trouve dans l’obligation d’arrêter, vers la fin du mois de janvier 2017, la collecte  et l’industrialisation du lait et dérivés.  

« Nous avons observé une nonchalance de l’administration dans le traitement de ce dossier  malgré les promesses du ministère de tutelle  pour trouver des solutions aux difficultés que rencontre la filière », lit-on dans un communiqué de la Chambre.

Notons que les professionnels revendiquent le dédommagement des pertes causées par la dévaluation du dinar et la hausse continue du coût de production (salaires, énergie…).

En Tunisie, le secteur laitier rencontre plusieurs difficultés  liées essentiellement à  la faiblesse de la production, la baisse des revenus, l’accès aux crédits, la non-maîtrise des techniques d’élevage…

La Tunisie compte 424 000 vaches laitières, 120 000 éleveurs dont environ 76% possèdent moins de trois vaches sachant qu’une vache produit entre 9 et 10 litres de lait par jour.  La Tunisie compte également 286 centres de collecte de lait, 8 usines de production de lait et 31 petites usines de production de fromage.  Un seul opérateur achète environ 65%  du lait produit  par les fermes et les éleveurs.

Par

Publié le 11/01/2017 à 11:47

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin