JCC 2016 : ce qu’il faut retenir de la cérémonie d’ouverture

JCC

Le coup d’envoi a été donné hier, 28 octobre, aux Journées cinématographiques de Carthage (JCC2016). Retour sur l’événement…

Contre toute attente et à la stupéfaction des observateurs, la cérémonie d’ouverture de la 27ème édition des JCC 2016 s’est tenue au Palais des congrès à Tunis. C’est un espace réservé habituellement aux  colloques et autres cérémonies officielles et manifestations politiques et  donc peu adapté à accueillir un événement de cette ampleur.

Lors des éditions passées, la cérémonie s’était toujours tenue dans une salle de cinéma, et ce, dans un souci d’adéquation entre l’espace et la nature de la cérémonie, ce qui n’était pas le cas hier.  Ainsi, la tenue de la cérémonie de l’ouverture dans une salle de cinéma ou au Théâtre municipal aurait pu atteindre deux objectifs : être plus proche du centre-ville et rester fidèle à la tradition et à l’ esprit  des Journées.

« La Fleur d’Alep » : choix pertinent pour l’ouverture
S’il y a un point positif dans la cérémonie, c’est bel et bien le choix du film  » La Fleur d’Alep » comme film d’ouverture,  réalisé par Ridha Behi et dont l’actrice principale n’est autre que Hend Sabri.

Ce film tunisien traite d’un sujet d’actualité et qui dérange : le terrorisme et ce  à travers la quête d’une maman tunisienne pour sauver son fils des griffes des terroristes islamistes en Syrie. Le film s’inscrit dans une démarche de lutte artistique contre le terrorisme.

Quoi de plus beau que de montrer l’engagement de l’art, et du cinéma en particulier, en matière de lutte culturel devant des cinéastes venus en Tunisie des quatre coins du monde, pays qui a payé un lourd tribut au terrorisme au cours des cinq dernières années.

Youssef Chahed : apparition politique inattendue
Lors des  précédentes cérémonies d’ouverture des JCC ou des JTC, les chefs de gouvernement ne se sont jamais exprimés en public.  L’apparition d’une personnalité politique prononçant un discours n’était pas attendue dans un contexte culturel pour les observateurs. Cependant, prenant soin de présenter un discours  qui soit en parfaite symbiose avec la cérémonie, notre jeune Chef du gouvernement  a affirmé l’engagement du gouvernement d’union nationale en faveur  de la culture et des arts.

Ainsi, il a affirmé qu’un plan stratégique sera annoncé prochainement dont l’objectif est d’orienter les produits culturels vers les régions. Dans le même ordre d’idées, Youssef Chahed a rappelé que la culture fait partie des priorités de son gouvernement. Et de conclure que la culture demeure un réservoir peu exploité  pour la création d’emplois.

Quand l’avenue respire le cinéma…
Musique, joie  de vivre et fous rires se mêlent pour faire de l’avenue une partie intégrante du festival. Il suffit de s’y promener pour constater que l’ambiance du festival règne en maître dans tous les coins et recoins de l’avenue : le  symbole de la déesse carthaginoise Tanit trône sur l’allée centrale, un groupe de jeunes  musiciens chantant et  des cinéphiles qui se promènent avec leurs badges tenant dans leurs mains le programme des JCC.

Par

Publié le 29/10/2016 à 10:33

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin