M. Marzouk : « La loi contre le terrorisme et le blanchiment d’argent est pire que le terrorisme »

Marzouki-livre-noir-interdiction-l-economiste-maghrebin

L’ancien président de la République, Moncef Marzouki, a, lors d’un discours prononcé samedi 25 juillet 2015 à Djerba à l’occasion du 58e anniversaire de la proclamation de la République et de la célébration des 14 ans de la fondation du CPR, dénoncé la loi de lutte contre le terrorisme et le blanchiment d’argent.

Selon lui, cette loi qui prévoit la peine de mort représente un danger pour les droits et libertés plus que le terrorisme lui-même : « La loi de lutte contre le terrorisme et le blanchiment d’argent restreint les droits fondamentaux, les libertés publiques pour finalement rogner un peu plus sur la démocratie», loi que les députés CPR n’ont pourtant pas voté contre et auxquels il a rendu hommage.

« On m’accuse de populisme alors que je défends une valeur que 90% des Tunisiens partagent avec moi qui est l’abolition de la peine de mort. Or ceux qui veulent condamner à la peine capitale, sont les vrais populistes», a-t-il martelé, rappelant que « la loi antiterroriste de 2003 ne stipule aucune sentence de mort alors que dans la base juridique de la nouvelle loi, la peine capitale a été citée 17 fois. »

« Je suis contre cette loi tout simplement parce que la lutte contre le terrorisme est un autre combat et la peine capitale ne peut venir à bout du terrorisme …  il est temps de prendre conscience que les rapports sociaux, économiques et politiques doivent entrer dans une ère nouvelle pour bâtir une Tunisie plus égalitaire, où la richesse sera mieux partagée, où la pauvreté, l’exclusion et l’analphabétisme doivent vraiment reculer », a plaidé Marzouki.

Par ailleurs, Marzouki a critiqué la campagne menée contre les dix députés qui n’ont pas voté pour la loi. Il les a salués pour leur courage en leur réitérant sa solidarité.

Il a, à cet égard, appelé les médias « qui ont pris pour cible les dix députés », à la nécessité de respecter la pratique démocratique et que celui qui s’oppose à leur opinion n’est pas forcément un terroriste.

Par

Publié le 27/07/2015 à 00:38

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin