Ettakatol défend «les orientations sociales» du projet de Loi de finances 2014

Ettakatol-l-economiste-maghrebin

Thouraya Hammami Bekri, un cadre du parti Ettakatol, a jeté la lumière ce matin, lors d’un point presse du parti, sur quelques points « peu médiatisés » du projet de Loi de finances 2014. Très critiques envers la proposition d’Elyès Fakhfakh, ministre des Finances, par ailleurs membre d’Ettakatol, plusieurs experts économistes ont affirmé que le projet de loi de finances pour l’année prochaine porte atteinte à la classe moyenne et mine son pouvoir d’achat. Cette affirmation, la vice-présidente du conseil national d’Ettakatol l’a niée et y a riposté. Ayant participé au sein de son parti et dans le cabinet d’Elyès Fakhfakh à la rédaction et  à la conception du projet de loi de Finances, Thouraya Hammami Bekri a assuré que la proposition de loi s’arrime bien avec la ligne social-démocrate d’Ettakatol et avec ses orientations sociales. « Plusieurs critiques assurent que le projet achèvera la classe moyenne. Or, il comporte une mesure qui permettra à 350.000 salariés de bénéficier d’un treizième mois. », a-t-elle lancé estimant que cette mesure est d’autant plus importante que «les salaires mensuels de 33% des salariés tunisiens sont inférieurs à 400 dinars».

Tout comme les salariés, les agriculteurs bénéficieraient, selon les dires du cadre d’Ettakatol, de la Loi de finances 2014. Ceux d’entre eux dont les dettes ne dépassent pas les 5.000 dinars, verraient en effet  leurs dus annulés.

En plus de ces mesures « qui allègent les charges de la classe moyenne », le projet devrait selon ses concepteurs créer plus de recettes à travers de nouvelles taxes. « Certains disent qu’on a trop taxé l’immobilier, mais cette mesure vise à limiter l’investissement dans l’immobilier et à réduire la bulle immobilière.», a ainsi rétorqué Thouraya Hammami Bekri avant de déduire qu’une taxe sur des biens autres que le domicile principal et les terres agricoles ou immobilières s’inscrit dans le cadre de la justice sociale.

A cette justice sociale voulue, les cadres d’Ettakatol associent un corollaire : l’équité fiscale, dans le cadre de laquelle s’inscrirait la taxe sur les voitures particulières de plus de 4 chevaux fiscaux, applicable au cours de 2014 et 2015. Thouraya Hammami Bekri a d’ailleurs estimé que cette mesure vise à alléger le poids de la subvention des hydrocarbures et à diriger la compensation vers ceux qui la méritent le plus.

Au-delà du ciblage des subventions et de la réforme fiscale dont les grandes lignes ont d’ores et déjà été établies par les techniciens du ministère des Finances, la vice-présidente du conseil national d’Ettakatol a rappelé qu’une refonte du modèle de développement s’impose. Pour y parvenir, « il faut aussi engager des réflexions nationales, inclusives  et transparentes et des réformes participatives. Ces réformes, aussi impopulaires et douloureuses soient-elles, sont nécessaires et devraient être menées loin des tractations politiques, » a-t-elle souligné.

Par

Publié le 19/12/2013 à 16:42

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin