Férid Béji réplique à la déclaration du Mufti de la République Hamda Saïd

Farid-beji-l-economiste-maghrebin

L’intervention du Mufti de la République, Hamda Saïd, sur la première chaîne nationale Wataniya 1, au soir du 19 octobre, n’est pas passée inaperçue. Hamda Saïd a accusé le leader Habib Bourguiba d’avoir participé à la naissance du terrorisme. Selon lui, les actes du leader tunisien, entre autres celui de retirer le voile des femmes, est l’un des éléments déclencheurs du terrorisme sous le ciel tunisien.

Hamda Saïd pousse son analyse, en avançant une autre cause du terrorisme, à savoir la fermeture de la Mosquée Zitouna, « facteur qui a fermé la porte à l’apprentissage de la théologie et a incité les jeunes tunisiens à chercher ailleurs les sciences théologiques, notamment à travers les chaînes TV faisant l’apologie de la violence », précise-t-il. Cette déclaration a suscité une levée de boucliers indignée aussi bien de la part des religieux que de celle de la société civile. 

Férid Béji, président de l’Association Dar Al Hadith, dans une déclaration donnée à Radio-Mosaïque FM, a dénoncé ces propos. Il estime par contre que la propagation du terrorisme en Tunisie trouve son origine dans la nonchalance du gouvernement face au terrorisme, les prêches prédicateurs wahhabites,  l’activisme des salafistes jihadistes et  les mosquées qui sont devenues des réceptacles de tous les courants religieux.

Olfa Youssef, professeur universitaire en civilisation arabo-musulmane, a opté pour l’allusion en réponse aux propos du Mufti de la République. Sur sa page officielle du réseau social Facebook, nous pouvons en effet lire :

« Tu veux faire sortir un islamiste de ses gonds?
Évoque Bourguiba ou la femme tunisienne libérée. Et depuis peu de temps, s’y ajoute l’Algérie…
Au fait, c’est le trio qui est en train de faire avorter leurs projets moyenâgeux… Le premier (Bourguiba), par l’éducation qu’il a instituée et l’Etat qu’il a construit; la seconde par sa force de caractère et sa persévérance, et la troisième, pour son emplacement stratégique et son refus de revivre le calvaire des criminels islamistes…
Ces trois rocs sont incontournables malgré toutes vos manipulations et votre violence…
On paiera le prix qu’il faudra, mais la Tunisie ne cédera jamais… »
   

Par

Publié le 21/10/2013 à 12:37

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin